COMMENT DÉVELOPPER SON INTELLIGENCE SOCIALE GRÂCE AU NUNCHI

Vous êtes fan de hygge (méthode danoise pour être heureux au quotidien), de lagom (art de vivre suédois) ou de wabi-sabi (philosophie japonaise qui recherche la beauté dans l’imperfection) ? Le nunchi est pour vous. Si ces concepts vous sont étrangers, mais que vous êtes sensible à l’intelligence émotionnelle, la suite vous intéressera aussi.

Le mot coréen « nunchi » signifie littéralement « mesure oculaire ». C’est un concept qui prend la mesure du contexte général d’une situation et de son atmosphère et permet de comprendre ce que les gens pensent et ressentent. C’est donc la clé pour analyser la dynamique au sein d’un groupe donné et établir des relations interpersonnelles enrichissantes.

Les origines du nunchi

Introduit pour la première fois en Corée il y a environ 2500 ans à travers les enseignements de Confucius, le nunchi consiste à remarquer, dans un contexte donné, qui parle, qui écoute, qui interrompt, qui s’excuse, qui roule des yeux.

On peut voir ce concept comme un ensemble de règles tacites régissant les relations interpersonnelles et peut être librement traduit par « conscience de l’environnement ».

Et à partir de là, faire des évaluations utiles sur la nature des relations et des hiérarchies au sein d’un groupe, l’ambiance générale et la façon de se comporter en conséquence.

En Corée, ce qui n’est pas dit est tout aussi important que les mots prononcés. D’ailleurs, selon une expression populaire, une personne qui ne prête attention qu’aux mots ne perçoit que la moitié de l’histoire.

Les Coréens ne disent pas que quelqu’un a un bon nunchi, mais un nunchi rapide, soit la capacité de traiter rapidement des informations liées aux interactions sociales.

Parce que les personnes avec un nunchi rapide prennent le temps de lire une pièce, leurs chances de succès dans n’importe quel environnement social sont élevées – elles sont plus susceptibles de s’intégrer et d’établir des liens et sont moins enclines à apparaître comme désemparées ou incompétentes, ou à s’engager dans des malentendus.

Le nunchi est donc un mélange de tact, de perspicacité et de compréhension des situations qui se base principalement sur des indices non verbaux.

Autrement dit, c’est une forme accrue d’intelligence émotionnelle et de conscience sociale.

Mieux percevoir les situations sociales

Cet art subtil de mesurer les pensées et les sentiments des autres afin d’établir la confiance, l’harmonie et la connexion est une compétence que tout le monde peut apprendre.

À l’origine, tout le monde le possède à des degrés divers.

Pour pratiquer le nunchi, il faut davantage écouter et observer que parler. Tout ce dont vous avez besoin pour le développer, ce sont vos yeux et vos oreilles. Et un esprit calme. Et laisser votre ego sur le côté. C’est la seule façon de se connecter à son environnement et de comprendre ce qui se passe.

L’approche des situations sociales à travers le prisme du nunchi peut même aider à combattre l’anxiété sociale car elle permet de rester ancré dans des circonstances stressantes.

Les adeptes du nunchi font confiance à leur instinct et à leur capacité à « sentir » une personne ou une situation. Cette compétence aide à déchiffrer, par exemple, si une personne est authentique ou si elle agit avec des intentions cachées.

Avoir un bon nunchi signifie recalibrer continuellement ses hypothèses en fonction de tout nouveau mot, circonstance, geste ou expression faciale afin de toujours être présent et conscient.

Il existe différentes façons d’utiliser le mot :

1. Ne pas avoir de nunchi signifie que nous sommes socialement maladroit ou que nous n’avons aucune sensation naturelle de la situation.

2. A l’inverse, posséder un nunchi rapide signifie que nous sommes prompt à saisir quelque chose qu’on nous dit.

3. Lorsque nous sommes entouré de nombreuses personnes, par exemple lors d’une réunion de travail ou d’un repas d’entreprise, regarder le nunchi signifie être conscient de l’environnement dans lequel vous agissez afin de ne blesser personne, en acte ou en parole. Vous regardez le nunchi lorsque vous faites attention à ce que vous dites et à la façon dont vous le dites, et lorsque vous respectez l’étiquette.

7 conseils pour développer votre nunchi

1. Videz votre esprit

Prenez un peu de recul, respirez et rappelez-vous que les préjugés sont un obstacle à l’apprentissage. Si vous pensez déjà tout savoir – sur une personne, un endroit, un événement – avant même de commencer, non seulement vous vous fermez à toute forme de surprise et de découverte, mais vous empêcher vos sens de collecter toute information potentiellement significative.

 

2. Lorsque vous entrez quelque part, vous changez l’énergie l’endroi.

Soyez conscient de votre influence. Prenez la mesure de la pièce dans laquelle vous vous trouvez. Regardez attentivement les personnes autour de vous, recueillez des informations. Les personnes sont-elles de bonne humeur ? L’atmosphère est-elle tendue ? Ne dites rien, observez.

Si les personnes présentes sont assises en cercle sur le sol, n’interrompez pas. Pas besoin de vous lancer directement dans un récital de blagues. Même si elles sont drôles.

 

3. Ne laissez jamais passer une bonne occasion de vous taire

Si vous attendez assez longtemps, la plupart de vos questions recevront une réponse sans que vous ayez à dire un mot.

Ce conseil est très utile, par exemple lors de négociations, où le but consiste à en apprendre le plus possible sans dévoiler son jeu.

 

4. Lisez entre les lignes

Les gens ne disent pas toujours ce qu’ils pensent, et c’est leur droit. Soyez attentif au contexte, à ce qui est dit et à ce qui n’est pas dit. Le langage non verbal est également très important.

 

5. Développez l’écoute attentive

Une maîtrise de la quiétude est essentielle pour se connecter à son environnement. Développez vos compétences pour être un meilleur auditeur en étant présent, en pratiquant la pleine conscience et en vous concentrant réellement sur la personne qui vous parle.

 

6. Soyez plus performant au travail

Utilisez le pouvoir du nunchi pour lire entre les lignes et agir rapidement. Son utilisation lors d’un entretien d’embauche peut vous aider à discerner quel type de candidat recherche une entreprise et comment vous vous situez.

Ou, si vous êtes un responsable du recrutement, utilisez votre sens du nunchi en prêtant une attention particulière aux expressions non verbales d’un candidat potentiel.

 

7. Devenez une personne plus sensible

Le nunchi est généralement plus remarqué lorsqu’il est absent. Par exemple, une personne sans nunchi commandera une boisson alcoolisé pour un ami sobre. Un narcissique sans nunchi prête peu d’attention à quelque chose d’important qu’un ami lui dit.

Développez votre nunchi en étant plus sensible et conscient de votre entourage. Soyez véritablement à l’écoute de leurs besoins.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *