13 ASTUCES POUR VAINCRE LE SYNDROME DE L’IMPOSTEUR

Le syndrome de l’imposteur est un phénomène psychologique dans lequel les gens sont incapables de voir leurs propres accomplissements, les considérant comme de la chance ou de la tromperie, faisant croire aux autres qu’ils sont plus intelligents et compétents qu’ils ne le sont en réalité.

J’ai écrit 11 livres, et pourtant, à chaque fois je me dis qu’ils vont me démasquer. (Maya Angelou)

1. Ressentez et identifiez

Soyez à l’écoute de vos émotions pour reconnaître l’imposteur qui sommeille en vous. Vous aurez ensuite plus de facilité à le surmonter. Ecrivez vos pensées au fur et à mesure qu’elles se produisent. Cela peut être « je ne suis pas assez bon pour faire… », ou « je ne mérite pas ce projet », ou « j’ai eu de la chance avec cette récompense ». Observez les « ne… pas » qui surgissent, ils sont un bon indicateur.

Identifier ses émotions et élargir son vocabulaire émotionnel sont très utiles pour mieux gérer l’anxiété ou l’inquiétude lorsqu’elles se présentent.

2. Changez votre programmation mentale

Recadrez vos pensées et réalisez que ce que vous ressentez de négatif n’est fondé sur rien de réel. Des sentiments d’inadéquation et de peur sont présents, alors imaginez ce que vous ressentiriez si vous pouviez transformer ces pensées en quelque chose de positif. Au lieu de penser « je ne sais rien du tout », pourquoi ne pas essayer de le reformuler en « je ne sais pas tout… pour le moment, et je continue d’apprendre » ? Voyez comment vous vous sentez lorsque vous ne vous mettez pas la pression de tout savoir.

3. Soyez humble, dites ce que vous savez

Nous sommes souvent mis dans la position d’expert. Lorsque cela se produit, les gens nous regardent comme si nous devions tout savoir sur un sujet. Nous ne pouvons pas tout savoir sur quoi que ce soit. Si vous vous trouvez dans une situation où il y a un risque de sentiment d’imposture, dites simplement ce que vous savez. Vos compétences ont des limites ? Et alors ? Les gens respectent beaucoup plus l’humilité que l’arrogance. Admettez que vous n’avez pas encore la réponse mais que vous la trouverez.

4. Echouer ne fait pas de vous un imposteur

L’échec fait partie de la vie. Tout le monde y est confronté un jour ou l’autre. Les plus grands sportifs, les artistes ou les dirigeants d’entreprise n’y échappent pas. Echouer permet d’évoluer. Cela ne remet pas en cause votre personne.

5. N’oubliez pas que vous n’êtes pas seul

Vous n’êtes pas le seul à lutter avec des sentiments d’insuffisance. Trouvez quelqu’un à qui vous pouvez parler, que ce soit un coach, un ami ou un thérapeute. Vous n’avez pas besoin de vous attaquer à cela seul.

6. Passez à l’action

Le syndrome de l’imposteur vit dans l’abstraction. Il lui est impossible de survivre dans l’action. Agir teste votre courage dans le monde réel et prouve que vous n’êtes pas un imposteur.

7. Baissez la garde

Les personnes atteintes du syndrome de l’imposteur ont tendance à ressentir le besoin d’être à la hauteur de leur rôle d’expert. Et quand ils ne le sont pas, ils se sentent incompétents. Vous n’avez pas besoin de connaître toutes les réponses. N’hésitez pas à dire : « Je ne connais pas tout à ce sujet, mais j’apprends, je me forme et je suis là pour partager. »

Plutôt que de vous occuper de votre image (et de nourrir votre ego), concentrez-vous sur l’essentiel : votre travail. Lorsque vous cessez d’être obsédé par votre image, vous pouvez vous consacrer à améliorer vos compétences et vos connaissances.

Personne ne peut connaître toutes les réponses car il y a toujours de nouvelles choses à apprendre. Soyez humble, reconnaissez vos lacunes, puis mettez-vous au travail et comblez-les.

8. Faites la liste de vos réalisations

Bien que vous ne soyez peut-être pas parfait, vous êtes certainement excellent dans beaucoup de domaines.

Quel que soit votre âge, vous avez déjà un ensemble de réalisations à votre actif, des réalisations qui vous sont propres. La clé ici n’est pas de vous comparer aux autres, mais de vous voir sous votre propre jour.

Dressez une liste de vos forces et faiblesses, ou des domaines que vous souhaitez améliorer. Puis concentrez-vous sur leur développement. Vous pouvez commencer par répondre à ces 3 questions :

Quels sont vos points forts ?
Êtes-vous passionné ? Drôle ? Spirituel ? Travailleur ? Engagé ? Authentique ? Méticuleux ? Bien que ces traits de caractère puissent vous sembler naturels, ils constituent une forme d’accomplissement, car vous les avez.

Quels défis avez-vous rencontrés et surmontés dans la vie ?
Nous avons tous des défis à relever. Lesquels vous ont aidé à grandir ?

Qu’avez-vous accompli dans votre vie ?
Ces réalisations peuvent être liées à votre travail, vos loisirs, vos relations, votre santé et vos finances. Peut-être avez-vous perdu 15 kg et atteint votre poids idéal. Peut-être avez-vous repris des études sur le tard et obtenu un diplôme. Peut-être avez-vous travaillé dur pour (re)construire des relations significatives. Toutes ces actions sont des réalisations.

9. Améliorez vos compétences

S’attaquer au syndrome de l’imposteur ne se limite pas à parler de soi. Peut-être vous sentez-vous comme tel parce qu’au fond de vous, vous voyez un écart entre vos compétences perçues et réelles. Il n’y a rien de plus constructif que d’agir pour s’améliorer.

10. Mettre l’accent sur la valorisation

Le syndrome de l’imposteur se produit lorsque vous êtes plus préoccupé par vos peurs et votre image que par ce que vous voulez réaliser. Pensez aux personnes que vous voulez aider.

Un moyen efficace de ne pas se sentir imposteur est d’essayer véritablement d’aider quelqu’un d’autre. Créez de la valeur pour eux. Oubliez les autres choses telles que la peur, la critique et les opposants, car ce ne sont que des bruits qui seront toujours présents.

11. Cessez de vous comparer aux autres

Lorsque nous nous mesurons à d’autres personnes, nous avons tendance à nous dévaloriser. Et les médias sociaux ne nous aident pas à nous sentir mieux. Au regard de ce qui est publié à longueur de journée, il n’est pas difficile de se sentir incompétents, voire coupables d’une telle incompétence. Pourquoi sommes-nous incapables de réussir comme untel ?

Il est important de reconnaître que nous sommes tous uniques. Nous ne sommes pas ici pour vivre la vie d’un autre. Nous avons tous un chemin propre. Appliquer les critères des autres à soi-même ne peut que générer de la frustration. Ne vous comparez pas, célébrez les succès d’autrui, inspirez-vous et creusez votre sillon.

12. Lâchez votre perfectionniste intérieur

Le perfectionnisme nourrit le syndrome de l’imposteur. Lorsque vous vous sentez comme une fraude, c’est généralement parce que vous vous comparez à un résultat parfait qui est soit impossible à atteindre, soit irréaliste.
Non seulement personne ne peut tout faire à la perfection, mais se tenir à cette norme peut être contre-productif. À un moment donné, vous devez prendre du recul et vous demander : quand est-ce suffisant ?

13. Dites oui aux nouvelles opportunités

Il est fréquent que les personnes atteintes du syndrome de l’imposteur refusent des opportunités de carrière, car elles ont l’impression de ne pas faire du bon travail.
Cependant, il est important distinguer la voix dans votre tête qui dit que vous n’êtes pas compétent et celle qui reconnaît de façon rationnelle que ce n’est pas possible. Rappelez-vous qu’un nouveau travail stimulant peut vous ouvrir de nombreuses portes. Ne laissez pas votre imposteur intérieur refuser ces occasions qui changeront la donne. Ces opportunités peuvent vous aider à apprendre, à vous développer et à faire avancer votre carrière.

Gardez à l’esprit la célèbre phrase de Richard Branson : « Si quelqu’un vous offre une opportunité incroyable et que vous n’êtes pas sûr de pouvoir le faire, dites oui. Ensuite, apprenez comment le faire. »

Découvrez les origines du syndrome de l’imposteur et les différentes catégories qui le composent.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code