POURQUOI IL EST TEMPS DE FAIRE UNE DÉTOX DIGITALE

La technologie présente des avantages indéniables. Elle améliore la productivité, facilite la communication, contribue à la connaissance, etc. Cependant, mal – ou trop – utilisée, elle crée une vraie dépendance, génère des états proches de l’anxiété ou de la dépression et altère non seulement nos relations, notre mode de vie mais aussi nos cerveaux. C’est pourquoi une cure de désintoxication numérique peut être salutaire.

Les hommes sont devenus les outils de leurs outils. (Henry David Thoreau)

La prophétie de Thoreau

Lorsqu’il se retire dans une cabane près de l’étang de Walden pour y mener une vie simple et frugale durant deux ans, l’écrivain et philosophe Henry David Thoreau a déjà compris qu’il est nécessaire de se préserver face aux excès du progrès technologique. Si sa citation « Les hommes sont devenus les outils de leurs outils » fait référence à la révolution industrielle américaine en cours à l’époque – elle est extraite de Walden ou la Vie dans les bois paru en 1854 – , elle prend aujourd’hui des allures de prophétie tant il n’a jamais paru aussi essentiel de pouvoir se déconnecter du monde digital pour garder une vie saine.

Qu’est-ce qu’une désintoxication numérique ?

Vous manquez de concentration, de motivation, de sommeil ? Votre smartphone est greffé à votre main en permanence ? Vous envoyez des messages en conduisant ? Vous êtes sur internet pendant que vous regardez un film ? Vous vérifiez votre téléphone sans raison apparente lorsque vous mangez ? Vous ne pouvez pas imaginer un trajet de plus de 5 minutes sans le regarder ? Il est temps d’envisager une cure de détox digitale.

Une détox numérique – ou digitale – est le processus intentionnel d’abstinence absolue ou conditionnelle d’une partie (ou de la totalité) de la technologie présente dans notre vie pendant une période spécifique afin de rétablir l’équilibre et donc le bien-être général. Cette cure aide à se détacher des comportements compulsifs associés à l’utilisation de la technologie et à retrouver le sens de l’essentiel.

Mettre le smartphone, la tablette ou l’ordinateur hors de portée, de façon délibérée, privilégie les activités axées sur le relationnel. C’est donc l’occasion de passer des moments de qualité avec des proches ou, par exemple, de se (re)mettre au sport, au yoga, à la méditation, etc.

Une cure de désintoxication numérique peut prendre de nombreuses formes. Peu importe celle que vous choisissez, débrancher périodiquement est l’une des choses les plus saines que vous puissiez faire pour vous-même.

Déconnecter pour se reconnecter

 

Le paradoxe internet

Plus vous êtes connecté, plus vous êtes susceptible de vous sentir seul et isolé. La consommation passive des médias sociaux aggrave ce phénomène car ceux-ci jouent un rôle d’amplificateur de votre état émotionnel actuel. En d’autres termes, ce que vous y mettez augmentera. Donc, si vous êtes déprimé ou solitaire, les médias sociaux feront en sorte que vous le soyez davantage.

La technologie est supposée nous faciliter la vie. Alors, pourquoi tant de personnes se sentent-elles stressées par l’utilisation de leur smartphone ? Si l’accès à l’information 24h / 24 et 7j / 7 est une bonne chose, pourquoi cela nous rend-il si anxieux ? Comment le fait d’être en connexion constante avec les amis et la famille peut-il sembler si pesant ?

Une cure de désintoxication numérique est un moyen de donner au cerveau un repos bien mérité. Une pause est importante pour la mémoire, l’apprentissage et la réduction de l’anxiété.

 

Nous sommes le produit

Nous disposons de plus d’informations que nous ne pourrions en consommer au cours d’une vie. Tout est là, accessible à tout moment. En même temps, notre utilisation de la technologie a évolué. D’un outil que nous voulons utiliser, nous sommes passer à un outil que nous devons utiliser. Les appareils, et les services qu’ils procurent, envahissent chaque jour un peu plus notre vie privée, exigeant chaque fois plus d’attention et d’engagement.

Le temps que nous étions supposés économiser grâce à la technologie devient du temps que nous passons à utiliser cette technologie. Nous nous retrouvons avec le sentiment perpétuel qu’il n’y a tout simplement plus assez de temps.

La plupart des contenus que nous consommons nous regardent, nous enregistrent et nous dupliquent en version numérique. Ces nouveaux « nous » sont précieux car ils fournissent des informations sur nos habitudes de consommation. Ce n’est pas un hasard si notre version numérique devient de plus en plus détaillée et interconnectée.

Parce que nous sommes le produit qu’ils vendent, les propriétaires de ces technologies digitales ont besoin de nous rendre aussi impliqués que possible. Il devient de plus en plus difficile de ne pas participer. Quiconque a déjà essayé de quitter Facebook le sait, cela relève du parcours du combattant.

 

Effets négatifs des appareils numériques

L’utilisation des réseaux sociaux affecte sérieusement l’image de soi, tant au niveau de l’estime que de la confiance. En effet, s’il est difficile pour les adolescents de ne pas se comparer à ce qu’ils voient, le principe est aussi valable pour les adultes.

Comment ne pas se sentir incompétent, voire carrément à la traîne devant les images de bonheur et de réussite qui inondent nos écrans tous les jours ? Sur Facebook, tout le monde a une vie de rêve. Sauf nous.

Une utilisation excessive des appareils numériques entraîne également un comportement sédentaire. Rester assis pendant de longues périodes devant un écran est une activité physique passive qui ne brûle aucune calorie. D’où le risque élevé d’obésité chez les ados.

De plus, une stimulation numérique excessive peut réduire la capacité de concentration, augmenter le stress et l’anxiété, diminuer la productivité et perturber le sommeil.

Limiter le temps passé devant un écran est donc essentiel pour protéger notre santé et notre bien-être. Les parents ont la responsabilité de protéger leurs enfants des excès du numérique. Ils doivent définir clairement les limites et les appliquer par la suite, avec les conséquences appropriées.

 

Dopamine numérique

La dopamine est un neurotransmetteur important lié aux notions de récompense et de plaisir qui détermine la façon dont nous répondons émotionnellement à divers stimuli. Lorsqu’elle est libérée, cette molécule provoque une sensation de bien-être physique et mental. Des psychostimulants – comme le tabac, l’alcool, l’ecstasy, le cannabis ou le jeu – agissent directement sur elle et, utilisés de façon récurrente, peuvent provoquer un état de dépendance.

Les médias sociaux fonctionnent de la même façon, par exemple avec les notifications. Lorsque nous recevons un « like » ou un commentaire positif, notre cerveau libère de la dopamine et nous éprouvons une sensation de bien-être. Nous associons donc généralement les médias sociaux – et les smartphones qui nous permettent d’y accéder – aux bonnes nouvelles, à la validation sociale, à l’attention et à l’engagement social.

La dopamine est également libérée lorsque nous visionnons des photos attrayantes comme des visages ou des paysages. Il suffit donc de parcourir Instagram pour avoir une dose.

Ces pratiques génèrent des boucles de rétroaction de validation sociale qui créent des shots de dopamine. Pour faire simple, plus nous sommes actifs, plus nous sommes récompensés, plus nous nous sentons bien et plus nous avons besoin d’être actifs. Les médias sociaux ou comment tomber dans l’addiction…

Différentes désintoxications digitales

Nous l’avons vu, la puissance de notre technologie pour nous rendre plus efficaces, plus informés et plus engagés peut également nous rendre plus isolés et déconnectés de ce qui compte vraiment.

Heureusement, il existe une solution qui consiste à créer un tampon entre la vie réelle et l’utilisation de la technologie en pratiquant un jeûne numérique.

Voici 5 façons de faire une détox digitale :

1. L’immersion totale

L’approche par immersion consiste à choisir une période donnée – entre 3 jours et 3 semaines – pour se désengager complètement de toute technologie et de tout contenu numériques.

Idéalement, la période est suffisamment longue pour que vous ressentiez les effets. Ensuite, un peu plus longtemps pour que vous puissiez surmonter l’inconfort et retrouver un nouveau sens de l’être.

Cette détox numérique totale peut être compliquée pour les personnes qui dépendent des ordinateurs et des smartphones pour le travail. En général, plus les durées sont longues plus elles sont efficaces, mais il est possible d’utiliser cette approche pour des périodes plus courtes.

2. La détox périodique

Comme pour l’immersion totale, la désintoxication périodique exige que vous retiriez toute technologie numérique de votre vie. Cependant, comme son nom l’indique, elle ne concerne qu’une partie de la journée ou de la semaine.

Cette approche moins radicale est similaire au jeûne intermittent avec les aliments. L’idée est de rompre l’habitude d’une utilisation constante de la technologie et de la consommation de contenus. Les pauses périodiques permettent à votre corps de se réajuster à la stimulation digitale.

3. La détox des médias sociaux (ou détox sélective)

Une désintoxication numérique ne doit pas à inclure nécessairement toutes les technologies pour être bénéfique. La détox sélective consiste à éliminer les médias sociaux de votre vie quotidienne pendant une période déterminée.

D’autres sources de dépendance peuvent aussi être éliminées. Il s’agit alors de déterminer celles qui génèrent le plus de stress ou qui sont les plus chronophages (télévision, sms, navigation sur internet…).

Choisissez une période au cours de laquelle vous vous retirerez complètement de tous les médias sociaux. Plus la période est longue, meilleurs sont les résultats. Commencez avec une journée. Essayez ensuite une semaine puis tentez un mois.

Bien qu’une approche plus complète soit recommandée, la détox sélective est très efficace.

4. La destination détox

Cette cure numérique consiste à utiliser des vacances ou un voyage comme moyen de couper le lien de dépendance digitale. Vous pouvez soit profiter de l’occasion pour vous sevrer soit en créer une spécifiquement pour cela.

Bien que vous n’ayez pas nécessairement besoin d’un voyage organisé pour le faire, cela vous aide à vous en sortir. Si la désintoxication est organisée à votre intention et que vous vous retrouvez dans une situation semblable à celle d’autres personnes embarquées dans le même bateau, vous aurez moins de chances d’échouer.

Avec cette technique, vous utilisez simplement les contraintes naturelles du voyage pour vous permettre de vous éloigner de la technologie. Être loin de la maison et du travail contribue également à créer une distance par rapport aux obligations, aux relations et aux vieilles habitudes.

Le meilleur endroit pour faire une cure de désintoxication numérique est un endroit qui vous est inconnu, un endroit complètement hors de votre zone de confort et où vous ne risquez pas de tomber dans de vieilles habitudes.

Il n’est pas nécessaire que ce soit à l’autre bout du monde, mais il est important que ce soit nouveau pour vous. Et si c’est proche de la nature, c’est encore mieux.

5. Le jeûne de contenu

De nombreuses personnes qui tentent un jeûne numérique éliminent également toutes les autres formes d’information et de divertissement, appelées collectivement « contenu ».

Un jeûne de contenu implique de se passer de la télévision, des films, des magazines, des livres, des médias en ligne, de la radio, et même de la musique pendant une période déterminée.

Vous seriez surpris de la quantité de contenus que nous consommons chaque jour. Un jeûne de contenu n’a donc pas besoin d’être long pour être efficace.

Essayez un jeûne de contenu pendant quelques heures. Intégrez-le au temps que vous passez en famille, à vos exercices ou à vos activités en plein air, ou même lors d’un long trajet en voiture.

Conseils pour une désintoxication numérique réussie

La détox digitale est tout à fait compatible avec les relations sociales. Expliquez à vos amis de ce que vous faites, ils comprendront et pourraient même être inspirés ;

Laissez votre téléphone à la maison. Le simple d’avoir un téléphone à proximité place le cerveau en état d’attente. Entraînez-vous périodiquement à ne pas l’emmener avec vous lorsque vous êtes en promenade, en train de déjeuner, etc. Des milliers de gens l’ont fait pendant des générations. Vous pouvez y arriver également ;

Vive l’analogique ! Redécouvrez le plaisir d’un vrai livre imprimé ou d’un bloc-notes. Changer ses habitudes stimule le cerveau. Prenez des notes, griffonnez lors de réunions ennuyeuses, écrivez des poèmes, dessinez, peu importe. Soyez créatif. Le rapport à l’objet génère un plaisir physique que le numérique est incapable de nous donner ;

Arrêtez de prendre des photos de tout et n’importe quoi. Profitez du moment présent ;

Désactivez les notifications. Supprimez les distractions et tout ce qui n’est pas essentiel. Si vous vous permettez d’être interrompu cinq fois en une demi-heure, vous ne vous concentrez jamais vraiment sur ce que vous faites ;

Demandez toujours « pourquoi ? » lorsque vous sortez votre téléphone. Nous l’utilisons souvent pour apaiser une angoisse, alors que, la plupart du temps, cela ne fait que l’augmenter. Posez-vous la question de savoir ce qui se joue au moment de sortir l’appareil. Pour quelles raisons le faites-vous ?

Faites de votre chambre un sanctuaire. Gardez votre téléphone hors de cette pièce et investissez dans un bon vieux réveil. SI l’idée de commencer la journée sans jeter un coup d’oeil aux réseaux sociaux vous effraie, sachez qu’ils seront encore là après le petit-déjeuner. Ne paniquez pas. Lâcher prise. Profitez.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *